Bcn Advisors apporte dans ‘Financial Times’ sa vision du marché de l’immobilier de luxe à Barcelone

Bcn Advisors dans Financial Times

Francisco Nathurmal, fondateur et PDG de Bcn Advisors, participe à un article du prestigieux journal “Financial Times” sur le marché de l’immobilier de luxe à Barcelone. Dans une conversation avec le journaliste Ian Mount, Nathurmal affirme que la demande dépasse l’offre dans ce secteur, grâce à l’attractivité de Barcelone et à la fin des restrictions sur les voyages à travers le Covid, mais reconnaît que la législation freine le développement de nouveaux projets.

 

Dans un article publié par le Financial Times sous le titre “Barcelona limbo : local rules to keep property affordable put development on hold”, l’un des principaux journaux économiques du monde analyse les raisons pour lesquelles les logements de luxe de la ville connaissent une hausse rapide des prix. Il y a plusieurs raisons à cela : le manque d’offres d’appartements de luxe dans la gamme des 2 à 3 millions d’euros, la reprise de la demande internationale après les restrictions causées par Covid et certaines des mesures introduites par le conseil municipal.

Reprise du marché

Selon l’article, le marché de l’immobilier de luxe à Barcelone a été réactivé après les phases les plus difficiles de Covid, mais l’offre est faible par rapport à la demande des acheteurs à fort pouvoir d’achat, qui cherchent à profiter de la qualité de vie à Barcelone.

“Depuis que les gens ont pu voyager à nouveau, vers avril et mai 2021, nous avons eu des ventes record, c’est fou”, explique Francisco Nathurmal. “Maintenant, le problème est que nous n’avons pas le stock de propriétés dont nous avons besoin, notamment dans les logements entre 2 et 3 millions d’euros.”

L’article explique que cette limitation n’est pas seulement due à un marché post-pandémique dans lequel l’offre et la demande n’ont pas encore retrouvé leur équilibre, mais aussi à une série de mesures prises par le conseil municipal pour rendre le marché immobilier plus abordable pour les acheteurs locaux, dans l’intention de combattre les effets du tourisme. “Ces mesures, en revanche, peuvent avoir ralenti le développement global du marché”, estime le journaliste Ian Mount.

Comme l’indique l’article, les relations tendues qu’entretient Barcelone avec les hôtels et l’immobilier de luxe, souvent destinés à une clientèle étrangère, ont été mises en évidence après la crise financière de 2007-2008, lorsque la chute des prix a entraîné un afflux de touristes et d’acheteurs étrangers et mis un grand nombre de résidents de la ville sur la paille.

De son côté, Francisco Nathurmal raconte qu’avant l’arrivée d’Ada Colau à la mairie de Barcelone et le référendum sur l’indépendance d’octobre 2017, “nous voyions les prix augmenter si vite que j’étais heureux, mais en même temps je me demandais si cela avait beaucoup de sens que cela se produise car, si cette situation se poursuivait, même la classe supérieure locale ne pourrait pas vivre ici”. Cependant, “heureusement, il s’est ralenti et le marché local a pu se maintenir”.

Législation restrictive

Outre le moratoire sur les hôtels, le gouvernement d’Ada Colau a également adopté fin 2018 un règlement visant à obliger toutes les nouvelles constructions de plus de 600 mètres carrés à réserver 30 % de leurs appartements à des logements sociaux.

Selon les données de l’article, le nombre de demandes de construction d’appartements de plus de 600 mètres carrés est passé de 234 dans les deux mois précédant l’adoption de ce règlement, les promoteurs cherchant à obtenir des licences avant l’entrée en vigueur de la nouvelle mesure, à 64 dans les sept mois qui ont suivi.

“Cela souligne pourquoi Barcelone a été paralysée du point de vue des nouvelles constructions. Si tous les projets qui ont été arrêtés avaient été réalisés, Barcelone serait devenue une ville incroyable avec une clientèle haut de gamme”, affirme Francisco Nathurmal.

L’article présente le cas d’Alfons Hidalgo, un acheteur conseillé par Bcn Advisors qui a acquis un penthouse duplex dans la Dreta del Eixample d’une valeur d’environ 2 millions d’euros, après 6 mois de recherche. Selon lui, “Barcelone est spéciale parce que je suis né ici, mais elle risque de prendre du retard. Les grandes villes ont été dévaluées par le passé et je refuse d’accepter que cela se produise dans ma ville”.

Malgré tout, l’article conclut que le marché immobilier de luxe de Barcelone est dynamique et, de fait, le nombre de ventes de logements de plus d’un million d’euros est passé de 233 en 2020 à 146 au premier semestre 2021.