Quel sera l’impact du vaccin COVID-19 sur le marché immobilier ?

What impact will the COVID-19 vaccine have on the Spanish property market?

Le gouvernement espagnol prévoit de vacciner 70 % de la population avant l’été. Toutefois, la réalisation de cet objectif dépend de la disponibilité des vaccins et de la capacité des gouvernements régionaux à les administrer. Le lancement de la vaccination n’a pas été un lit de roses jusqu’à présent, mais il y a au moins une lueur à l’horizon.

 

Par l’intermédiaire de l’UE, l’Espagne a signé des contrats portant sur sept vaccins différents, pour un total de 140 millions de doses. Avec une population de près de 47 millions d’habitants, cela signifie qu’il y a de quoi vacciner tout le pays. Ce qui n’est pas clair pour l’instant, c’est le calendrier. Trois vaccins – Pfizer, Moderna et AstraZeneca – ont déjà été approuvés et on s’attend à ce que les vaccins arrivent à un rythme plus rapide au cours du deuxième trimestre de l’année. Le vaccin de Janssen devrait également être disponible à ce moment-là.

Après une année difficile pour le marché immobilier, nous nous demandons comment le déploiement du vaccin affectera le secteur d’ici à 2021.

 

Une confiance accrue

Plus vite la population sera vaccinée, plus vite l’économie espagnole se redressera et, avec elle, la confiance renouvelée dans le marché immobilier, qui a toujours été à la merci de l’État du pays. Le FMI a prédit que le PIB de l’Espagne aurait chuté d’un peu plus de 11 % en 2020, mais a prévu un retour à une croissance positive de 5,9 % cette année. Les personnes qui attendaient que la pandémie commence à se calmer envisageront de prendre des mesures. “L’arrivée du printemps, combinée au déploiement du vaccin dans toute l’Espagne, ramènera un optimisme bien nécessaire et réaffirmera que le logement en Espagne est un investissement à l’épreuve de l’inflation”, déclare Francisco Nathurmal, fondateur et PDG de Bcn Advisors.

 

L’espace extérieur sera un plus

La plupart des agents immobiliers s’accordent à dire que l’intérêt pour les maisons offrant un espace extérieur s’est accru, qu’il s’agisse d’un appartement avec terrasse ou d’une maison avec jardin en banlieue. Même lorsque le vaccin se sera répandu dans tout le pays, la tendance à choisir des maisons avec un espace extérieur va se poursuivre.Nous attendons des citadins qui veulent une maison plus grande qu’ils cherchent des maisons en banlieue plutôt que de quitter la ville”, ajoute M. Nathurmal.

 

Un intérêt renouvelé pour la vie urbaine

Si ce changement de mode de vie entraîne une diminution de la demande de logements dans les villes, on s’attend à une résurgence des logements dans les centres urbains après la récession. À mesure que le nombre de personnes se faisant vacciner augmente, on s’attend à ce que les jeunes professionnels, en particulier, retournent dans les grandes villes, comme Barcelone. “Pour beaucoup, la campagne était une bonne échappatoire à la pandémie, mais elle ne pourra jamais rivaliser avec un centre urbain dynamique en termes de gastronomie, d’art, de culture et, surtout, de possibilités d’emploi. Une fois que les secteurs de l’hôtellerie et des loisirs pourront fonctionner à une plus grande capacité, l’attrait des grandes villes reviendra, entraînant à nouveau les marchés du commerce de détail et de la location”, déclare Francisco Nathurmal.

 

Les banlieues et l’espace resteront attractifs

Alors que beaucoup reviendront acheter des maisons en ville, d’autres réaliseront combien il est possible d’économiser sur ces trajets en voiture et en train pour se rendre au travail. Certaines entreprises peuvent décider de maintenir le travail à domicile pour certains de leurs employés ou d’introduire le travail flexible, ce qui signifie que les maisons avec bureaux à domicile, gymnases et jardins ou terrasses continueront à être demandées. Il peut également y avoir un intérêt de la part d’acheteurs à revenus plus élevés qui peuvent se permettre une résidence secondaire proche de la ville comme refuge, en cas de confinements futurs. “Les gens décideront davantage de déménager pour des raisons liées à leur mode de vie en raison de la pandémie, une tendance qui devrait se poursuivre pendant de nombreuses années. Ceux qui avaient pensé à prendre leur retraite dans la ville pourraient la repenser et rejoindre certains des ‘upsizers’ de la périphérie de la ville ou des townships environnants”.

 

L’espoir pour l’avenir

Les vacances de printemps et d’été ramèneront un sentiment d’optimisme et d’espoir qui manquait depuis une douzaine de mois. Lorsque les gens ont des sentiments positifs à l’égard de l’avenir, ils ont tendance à prendre des décisions plus audacieuses, comme celle de déménager. “Il y a toujours de grands défis à relever pour tout le monde, y compris pour ceux d’entre nous qui travaillent dans l’immobilier. Toutefois, nous sommes prêts à relever ces défis et sommes généralement optimistes pour l’année à venir”, conclut Francisco Nathurmal.