Evolution du marché immobilier à Barcelone 2001-2017

Au début de cette période, le marché immobilier de Barcelone a démarré avec un prix moyen de 2010€/ m². Les quartiers prestigieux comme Les Corts ou Sarrià Sant Gervasi ont dépassé ce prix avec chacun une moyenne de 2500€/ m² durant l’année 2001.

Évolution du marché immobilier à Barcelone

Le prix/m² en 2002 a connu une augmentation stable mais générale, avec hausse moyenne de 21% par an dans toute la ville de Barcelone jusqu’en 2007. Durant cette année, il a augmenté de seulement 4% et a atteint 4732€ / m2 au début de la récession.

Pendant le premier trimestre de 2007, on observe une baisse générale du prix/ m² dans la ville entière excepté dans les quartiers de la Zona Alta et Les Corts qui ont résisté jusqu’en 2008 avant de diminuer petit à petit.

Évolution du marché immobilier par zones de Barcelone

Durant la récession apparue suite à l’éclatement de la bulle immobilière, les statistiques indiquent que la ville a subit une chute des prix d’environ 12% par an (500€/ m²). Les quartiers centraux ont gardé les prix les plus élevés comme l’Eixample, Ciutat Vella et Sant Marti (-18%) en 2009, suivis par Sarria-Sant Gervasi et Les Corts (9% et 10% respectivement).

Entre 2010 et 2011, les prix ont diminué timidement de 5% à 6%, ce qui fait de cette période l’une des plus stables après la crise.

Le prix des maisons présentent une baisse plus importante en 2012 (-12%), en particulier de -21% à Ciutat Vella, -16% à Sant Martí, -14% à Sarrià-Sant Gervasi et Eixample, – 11% à Les Corts , pour atteindre 2013 une baisse de 12% dans toute la ville.

données sur l'évolution du marché immobilier

En 2013, on assiste à une dernière baisse un peu plus faible (près de 10%) et jusqu’à atteindre le minimum historique de cette période de récession: 3 045 € / m2 en moyenne dans tous les quartiers.

Les changements déjà visibles au premier trimestre de 2014 présentent une augmentation de 25% des prix (+ 900 € / m2) à Ciutat Vella, le centre historique et touristique de la ville, affichant ainsi la plus grande croissance de la période: de 2648 € / m2 à 3541 € / m2. Les quartiers les plus favorisés commencent également à augmenter leur prix de 200 à 300 € / m2 pour atteindre, en 2015, une hausse de 9% à Sant Martí et 5% Eixample. Les prix de Les Corts et Sarrià-Sant Gervasi augmentent timidement de 2%. Cependant, les quartiers les plus humbles comme Nou Barris ou Sant Andreu continuent à diminuer d’environ 100 € / m2 par an jusqu’à une stabilisation l’année suivante.

Sant Martí, la zone la plus remarquable

Sant Martí est le quartier avec la plus forte hausse en 2015, augmentant son prix de 300 € / m2 (3634 € / m2 au premier trimestre), puis durant toute l’année 2016 jusqu’à atteindre au deuxième trimestre de 2017 une hausse maximale de 800 € / m2 (4231 € / m2).

En 2016, la croissance reprend avec une augmentation de 8,7% à Sarrià-Sant Gervasi, 6,7% dans Les Corts, 7,9% à Ciutat Vella, 7,4% dans l’Eixample, 7,5% à Sants-Montjuic et seulement 3% à Gracia, alors que Nou Barris, Sant Andreu et Horta-Guinardó continuent dans la même tendance que précédemment.

L’année dernière, le prix / m2 a augmenté avec une intensité accrue à Barcelone, 15% en moyenne, s’élevant à 4123 € / m2 au premier trimestre. La plus forte augmentation a été enregistrée à Sant Martí (19%) suivie de près par Sants-Montjuic (18,9%), Ciutat Vella (14%), Sant Gervasi (13%) et Les Corts (12,5%). Nou Barris, Sant Andreu et Horta ont également augmenté leurs prix mais moins fortement (7-8%).

Les derniers mois de l’évolution du marché

L’évolution des derniers mois de 2016 vers la mi-2017 permet de prévoir une augmentation continue dans la période à venir. Des facteurs tels que la facilité grandissante d’accès au crédit par les particuliers (actuellement de 22% par an)et le stock de dettes avec taux positifs, qui n’ont pas été présents avant l’éclatement de la bulle immobilière, de même que l’instabilité de certains pays ou le Brexit , ont entraîné un manque de confiance de la part des investisseurs, qui décident d’opter pour des endroits plus émergents.